© Nathanaël Mergui/FNMF

Prendre soin des aides à domicile

par Stéphane Vincent / janvier 2015

L'aide à domicile est un vrai métier, mais ce n'est pas reconnu. Au-delà des préjugés sexistes, car il s'agit de femmes, cela tient à la façon dont le secteur a été structuré : multiplicité d'employeurs et de statuts, conditions d'emploi dégradées, financement au plus juste et inadapté à la réalité des tâches... Sans oublier son intégration dans les services à la personne, effaçant ainsi les spécificités du métier. Or celui-ci est complexe. Les salariées doivent gérer au jour le jour l'évolution de l'état de santé de la personne aidée, l'intervention d'autres acteurs, les contraintes posées par le domicile comme lieu de travail... Le tout pour préserver l'autonomie de l'usager, en ne faisant pas à sa place mais en l'associant. Car il s'agit d'une relation d'aide, pas d'une prestation. Cette réalité n'est pas assez prise en compte. Ces femmes qui doivent prendre soin des autres sont malmenées dans leur travail, qu'elles tentent de préserver, parfois au prix de leur santé. Il est temps de reconnaître leur rôle et de créer les conditions pour qu'elles puissent aussi prendre soin d'elles. Des expériences montrent que c'est possible.

"Personne ne sait ce que fait une aide à domicile"

entretien avec Christelle Avril, sociologue
par Isabelle Mahiou / janvier 2015

La sociologue Christelle Avril ne s'est pas contentée d'enquêter sur les conditions de travail des aides à domicile et leurs aspirations. Elle a aussi travaillé avec elles. Une expérience qui lui permet d'en dresser un portrait vivant.

Dans vos recherches, vous faites le constat d'une approche différenciée du travail au sein des aides à domicile. De quoi s'agit-il ? Christelle Avril : J'ai suivi durant plusieurs mois les salariées d'une association d'une petite ville proche de Paris et observé deux conceptions différentes du travail. Les unes sont très fières de ce qu'elles font et veulent se spécialiser dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Elles acceptent d'accomplir des tâches qui relèvent du soin : changer les couches ou faire la toilette. Les autres montrent de l'indifférence, voire de la honte. Elles sont attachées à maintenir un lien social mais refusent de faire ces tâches de soin, qu'elles n'ont officiellement pas le droit d'exécuter et dont elles ne tirent aucune reconnaissance. Qui sont-...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous