© Shutterstock

Travailler avec une maladie chronique

par François Desriaux / janvier 2016

Le maintien dans l'emploi ou au travail des personnes atteintes d'une maladie chronique évolutive, c'est un peu comme la lutte contre le réchauffement climatique : plus personne ne peut nier qu'il s'agit d'un impératif, beaucoup de structures affichent leur ambition, mais la réalité des engagements est rarement à la hauteur. Pourtant, l'âge de la retraite reculant et la part de malades chroniques augmentant avec l'âge, le monde du travail va être de plus en plus souvent confronté à la nécessité de combiner deux états - actif et malade - qui, jusqu'à présent, ont été pensés comme antagonistes. L'aménagement du poste sur un plan ergonomique comme des horaires, pour tenir compte de la fatigue ou des soins, est un premier passage obligé en matière d'adaptation. Changer le regard de la hiérarchie et des collègues permettra d'augmenter les chances que la "greffe" prenne. Mais pour éviter les "rejets", il est aussi fondamental de réfléchir à l'organisation du travail, aux marges de manœuvre des équipes, à l'adéquation entre les objectifs et les moyens humains. Sinon, la seule bonne volonté des uns et des autres ne suffira pas.

Le rôle méconnu des expositions professionnelles

par Gérard Lasfargues professeur de médecine du travail / janvier 2016

Qu'est-ce qu'une maladie chronique évolutive ? Derrière ces pathologies, dont le nombre augmente avec le vieillissement de la population et certains modes de vie, se cachent des facteurs environnementaux, mais aussi professionnels.

Les maladies chroniques évolutives ou maladies non transmissibles sont regroupées principalement en cinq groupes : cancers ; maladies respiratoires chroniques (bronchopneumopathie chronique obstructive [BPCO], asthme...) ; maladies cardiovasculaires (maladies coronariennes, accidents vasculaires cérébraux) ; maladies neurodégénératives (de Parkinson, d'Alzheimer...) ; maladies métaboliques (obésité, diabète...). Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), elles tuent plus de 36 millions de personnes dans le monde chaque année. L'augmentation importante de la fréquence de ces pathologies est mise en rapport avec le vieillissement de la population, l'urbanisation rapide et non planifiée et la mondialisation de modes de vie défavorables à la santé. Agents allergènes Les rapports...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous