" Se mettre à l'écoute des aides-soignantes "

par Nathalie Quéruel / octobre 2010

Suspectées de maltraitance, les aides-soignantes en gériatrie souffrent du contrôle de leur hiérarchie et des familles de patients. La psychologue Pascale Molinier suggère de " construire de la confiance, en comprenant les enjeux du travail soignant ".

Vous avez réalisé une enquête sur les toilettes " difficiles " effectuées par les aides-soignantes dans des structures pour personnes âgées. En quoi l'analyse de leur travail donne-t-elle un nouveau regard sur les risques de maltraitance dont elles sont souvent soupçonnées ? Pascale Molinier : Les notions de " maltraitance " et de " bientraitance " peuvent être trompeuses. Ce dernier concept, défendu par les établissements de façon certes légitime, désigne surtout un arsenal de techniques managériales : formation, charte, évaluation de l'excellence, etc. Pour se prémunir du risque de maltraitance et rassurer les familles, dans le même esprit qu'une démarche qualité, les établissements exercent un contrôle et une vigilance sur les soignantes. Mais cela est déconnecté des problèmes réels ...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous