TMS : un demi-siècle pour être reconnus

par Nicolas Hatzfeld Maître de conférences en histoire à l'université d'Evry / janvier 2010

Dès le XVIIIe siècle, un médecin établit que certains troubles musculo-squelettiques sont liés au travail. Pourtant, le tableau de maladies professionnelles n° 57, dédié à ces affections, ne sera créé qu'en 1972, un demi-siècle après l'instauration du système de réparation.

Les affections périarticulaires, communément nommées troubles musculo-squelettiques ou TMS, constituent depuis 1989 la catégorie la plus nombreuse des maladies professionnelles reconnues. Elles représentent à présent les deux tiers de celles-ci, avec 37 856 cas indemnisés en 2006, selon les chiffres de la Caisse nationale d'assurance maladie. Toutefois, si ces pathologies sont numériquement importantes, elles peuvent paraître relativement modérées, en comparaison de risques majeurs tels que les maladies dues à l'amiante, les cancers et, autrefois, la silicose. De plus, elles sont complexes à analyser : la part attribuable au travail est souvent délicate à distinguer de ce qui relève des dispositions personnelles ou des activités effectuées hors du travail, tandis que la notion d'excès de...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous