© Shutterstock

Suicides à France Télécom : dix ans d'enquête

par Stéphane Vincent / 18 juin 2018

Neuf ans après une vague de suicides sans précédent, un rapport de l'Inspection du travail signalant au parquet un harcèlement institutionnel et une première plainte déposée par le syndicat Sud PTT, le procès des responsables de France Télécom est en bonne voie. Les juges d'instruction ont ordonné le renvoi pour harcèlement moral devant le tribunal correctionnel de Paris de l'entreprise elle-même, devenue depuis Orange, de son ancien PDG Didier Lombard et de six autres responsables. Au-delà du rôle de chacun, ce sont surtout les méthodes de management utilisées par l'entreprise pour faire partir les salariés "par la porte ou par la fenêtre" qui seront au cœur des débats. Des méthodes qui, à l'instar des mobilités forcées, ont déstabilisé les salariés et créé "un climat professionnel anxiogène", selon les juges d'instruction. Depuis le début, dès la création fin 2007 de l'Observatoire du stress et des mobilités forcées par des chercheurs et équipes syndicales Sud PTT et CFE-CGC, notre magazine s'est penché sur la situation des salariés, les causes de leur souffrance et les raisons pour lesquelles les dispositifs de prévention n'ont pas fonctionné. L'une de nos enquêtes, réalisée conjointement avec Mediapart, a notamment permis de révéler le "crash programme" présenté en 2006 par la direction de France Télécom à ses cadres dirigeants, élément qui s'avérera décisif pour le volet judiciaire. Ce dossier permet de remonter dans le passé et suivre le long cheminement vers le procès annoncé.

Suicides à France Télécom : pourquoi la prévention n'a pas fonctionné

par Clotilde de Gastines / octobre 2016

Le parquet de Paris a demandé en juin dernier le renvoi des ex-dirigeants de France Télécom devant le tribunal correctionnel. Notre enquête détaille les alertes qui n'ont pas été prises en compte entre 2006 et 2010, période durant laquelle 60 salariés se sont suicidés.

Plus de 60 salariés de France Télécom (FT) se sont suicidés entre 2006 et 2010, selon les syndicats. Pourtant, dès 2006, médecins du travail et représentants du personnel tiraient la sonnette d'alarme. Il aura fallu la médiatisation de cette affaire en 2009 pour que la direction de l'entreprise suspende les plans de réorganisation NExT et ACT visant à pousser 22 000 salariés au départ et 10 000 à la mobilité. Au terme d'une enquête judiciaire de sept ans, le parquet a demandé en juin dernier le renvoi en correctionnelle de sept cadres dirigeants : le PDG Didier Lombard, son bras droit Louis-Pierre Wenes et le DRH du groupe Olivier Barberot sont poursuivis pour "harcèlement moral" ; leurs quatre principaux adjoints, pour "complicité". Des réquisitions que le juge d'instruction devrait sui...}}

Nous sommes heureux que vous aimiez nos contenus.
Vous ne possédez pas d'abonnement à Santé & Travail.

Abonnez-vous pour accéder aux contenus numériques.

Découvrez nos offres à destination des étudiants et des institutions.

Abonné-e : Connectez-vous